Nos boursiers 2019

Dr Laura ORIOLI

Service d'Endocrinologie et Nutrition

« De nouvelles perspectives thérapeutiques dans le diabète de type 2 »

Le diabète de type 2, favorisé par l'excès de poids, a fortement progressé ces dernières décennies.

Ce diabète résulte à la fois de la résistance à l’insuline des organes-cibles (foie, tissu adipeux et muscle) et de l'épuisement progressif de la sécrétion d'insuline par les cellules B du pancréas. Ces mécanismes conduisent à une élévation chronique de la glycémie (taux de sucre dans le sang), responsable de complications au niveau des reins, de la rétine, du cœur et des pieds.

La chirurgie bariatrique (ou chirurgie de l’obésité) a démontré son efficacité dans le traitement de l'obésité mais aussi du diabète de type 2, même en cas d'excès de poids modéré. En effet,  l’insulino-résistance et l'insulino-sécrétion s'améliorent suite à une intervention bariatrique par des mécanismes encore mal connus. Des études récentes montrent que le muscle, un organe-clé dans le métabolisme du glucose, sécrète des protéines appelées "myokines". Certaines de celles-ci influencent l’insulino-résistance et l'insulino-sécrétion.

La Fondation Saint Luc soutient notre hypothèse que des modifications de sécrétion de ces myokines contribuent à l’amélioration du métabolisme du glucose induite par la chirurgie bariatrique. Grâce au Fonds « Professeur Martin Buysschaert », nous utiliserons une technique de pointe, la spectrométrie de masse, pour identifier de nouvelles myokines régulées par la chirurgie bariatrique. Celles-ci pourraient représenter de nouvelles cibles dans le traitement du diabète de type 2.