Hématologie

Cancers du sang : la recherche progresse

Pr Cédric Hermans

Hématologie - Cancers du sang : la recherche progresse
Rq : comme il s’agit d’un dossier « sang », il faudrait que la couleur dominante soit le rouge

L’hématologie adulte consiste à traiter les maladies du sang. Dans le sang, il y a un grand nombre de cellules : les globules blancs qui protègent contre les infections, les globules rouges qui transportent l’oxygène et les plaquettes qui contribuent à la coagulation et à l’arrêt des saignements. 

Les maladies du sang concernent les cellules sanguines à savoir le nombre ou le bon fonctionnement des globules blancs, des globules rouges et des plaquettes. On distingue les maladies bénignes (par exemple, une personne à qui il manque un peu de globules rouges ou de plaquettes mais qui ne souffre pas de cancer) et les cancers du sang (leucémies, lymphomes, etc.).

Hermans-Cedric
Leg : Le Pr Cédric Hermans

Professeur Cédric Hermans : Nous travaillons activement sur le diagnostic et les traitements des leucémies et des syndromes myéloprolifératifs, c’est-à-dire lorsque les cellules sanguines se multiplient trop. Plusieurs équipes sont activement impliquées dans ces projets de recherche.
Ces travaux sont menés dans le respect strict de l’accréditation internationale JACIE ; toutes les procédures que nous suivons pour nos greffes ont fait l’objet d’une validation, d’un audit externe, en accord avec des lignes de conduite reconnues internationalement. Nous avons été le premier centre belge à obtenir cette accréditation, ce qui démontre l’investissement de toutes nos équipes - y compris l’hémato-oncologie pédiatrique - et constitue la preuve formelle qu’elles font bien leur boulot. Avec, pour conséquence, une augmentation de notre activité de greffe et l’amélioration de nos résultats. 
Ceci étant, nous sommes toujours conscients que nous ne parvenons pas encore à guérir tous les malades, mais nous progressons. Et lorsque les choses se passent mal, nous essayons d’accompagner au mieux nos patients et leurs familles dans ces épreuves difficiles. C’est également un grand défi. Nous devons accepter que, parfois, la nature est la plus forte. 

A court terme, le mécénat via la Fondation Saint-Luc pourrait nous soutenir dans notre projet de réalisation d’un nouveau bâtiment pour le Centre du Cancer et d’Hématologie. C’est notre priorité absolue car nous avons grandement besoin d’une nouvelle structure pour nos patients. L’activité augmente et les conditions d’accueil doivent être optimalisées. En Hématologie, nous devons en effet hospitaliser les patients dans des chambres d’isolement avec un équipement spécifique. 

Nous avons grand besoin de la générosité des mécènes pour nous permettre d’avancer dans nos projets, que ce soit  pour l’aménagement de bâtiments, le développement de compétences ou de projets recherche. Les moyens qui nous sont alloués par les pouvoirs publics sont insuffisants. 
Pour nous, ce soutien constitue également une grande source d’encouragement, de reconnaissance, il dope réellement les équipes ! L’hématologie est une spécialité extrêmement difficile : à tout moment, nous frôlons la mort et l’échec ; nous devons sans cesse nous battre pour la vie. Heureusement, des progrès majeurs ont été faits dans ce domaine ; nous traitons aujourd’hui des maladies incurables il y a encore dix ans. Ces succès sont encourageants pour le développement de nouvelles recherches, et susciteront, nous l’espérons, la générosité des mécènes. 

Cancer du sang : on en guérit aujourd’hui 

La leucémie est une pathologie très grave. L’organisme ne produit plus (ou trop peu) de globules blancs, cellules indispensables pour nous défendre. 
Généralement, la leucémie ne s’annonce pas. Le diagnostic est totalement inattendu et est souvent fait à l’occasion d’une banale prise de sang. Lorsque la maladie survient, il faut de toute urgence envisager une prise en charge pour tuer ces globules blancs au moyen d’une chimiothérapie intense. 
Pour combattre la leucémie, les hématologues disposent d’armes de chimiothérapie difficiles à manipuler et qui provoquent des dégâts collatéraux en abîmant les autres cellules, les globules rouges, les plaquettes, etc. Les traitements proposés sont donc extrêmement lourds pour les patients, qui répondent différemment au traitement. Rien n’est donc gagné d’avance. 

Beaucoup de raisons de ne pas perdre espoir 

Outre les traitements classiques, les hématologues peuvent proposer aujourd’hui des alternatives de plus en plus efficaces et ciblées. Ces dernières agissent sur les mécanismes parfois à l’origine des leucémies et permettent de mieux gérer les complications. Les greffes sont également plus performantes… 
Les moyens humains mis en œuvre ont évolué et se sont étoffés. Des équipes pluridisciplinaires se déploient autour de chaque patient leucémique (laborantins, médecins, pharmaciens, assistantes sociales, infirmières, infirmières coordinatrices de soins…). 
Tout ceci est très important car les patients éprouvent un grand besoin d’accompagnement, et de soutien psychologique et moral et familial. 

Grâce à ces différents progrès, si, souvent, la nature a le dernier mot, la médecine parvient, de plus en plus, à la remettre dans le droit chemin…