Nos boursiers 2021

Dr Pauline Krug

Service de cardiologie

« Évaluation des possibles effets cardiaques radiotoxiques immédiats d’un traitement oncologique par radiothérapie »

La radiothérapie (RXT) est un traitement adjuvant reconnu dans le traitement du cancer du sein ou du poumon, mais ses bénéfices sur la survie des patients peuvent être compromis par des effets radiotoxiques sur d'autres organes, et en particulier sur le cœur.

Nous savons que la radiothérapie thoracique peut avoir un impact sur la fonction cardiaque à long terme, et que des lésions cardiaques sont détectables à l’imagerie dès les premiers mois après le traitement. Les lésions ou changements dans la fonction cardiaque en cours de traitement ne sont pas ou peu décrits.

Nous souhaitons réaliser une étude prospective monocentrique, par la réalisation d’un bilan cardiaque chez des patients traités par radiothérapie pour un premier cancer du sein ou un cancer du poumon et ce, avant le traitement par radiothérapie, après la dernière séance de rayons et six mois après la thérapie. Les examens que nous souhaitons réaliser, en plus d’une évaluation clinique par le cardiologue, sont : un électrocardiogramme permettant d’identifier d’éventuels troubles du rythme cardiaque, une échographie cardiaque transthoracique pour évaluer la fonction myocardique, une étude de la fonction endothéliale, une prise de sang avec dosage des biomarqueurs d’intérêt (troponines, cholestérol, fonction rénale et C-réactive protéine), une IRM de stress avec injection de produit de contraste à base de gadolinium et injection d’adénosine, permettant de détecter des lésions du myocarde au repos ou à l’effort.

Notre but est d’étudier les potentiels effets secondaires cardiaques immédiats d’un traitement par radiothérapie dans le cadre d’un cancer du sein ou du poumon, afin de pouvoir mieux les identifier et de mettre en place un traitement préventif si nécessaire chez les futurs patients.

Nous souhaiterions recruter 50 patients (> 18 ans), atteints d’un premier cancer du sein ou du poumon et pour qui le traitement adjuvant programmé est une cure de radiothérapie. Dans cette étude de cas contrôles, chaque patient sera utilisé comme son propre contrôle, en comparant les résultats des examens réalisés avant le traitement avec ceux réalisés après. Nous devrions pouvoir réaliser cette étude sur deux années.

Nous nous attendons à pouvoir détecter une inflammation myocardique et un changement dans la fonction contractile du cœur chez les patients traités avec des doses de rayons élevées, par rapport aux patients chez qui les doses de rayons reçues par le cœur dans le décours du traitement sont plus faibles, et observer la régression ou l’évolution de ces effets après un an.